PINOT Albert

Albert PINOT
OUI, MAIS A-T-IL DE LA CHANCE …

Albert Pinot, pilote de l’Aéropostale, démarre sur la ligne en août 1929. Voici une histoire de courrier avec son compagnon Léon Antoine, à vous donner quelques frissons, rétrospectivement !
Antoine se pose de nuit au Maroc, en urgence… à proximité d’une propriété. Avec son Laté 26 en carafe, il téléphone le plus rapidement à son chef d’aéroplace de Casablanca, comme le veut la consigne.
Il demande donc à Pierre Julien, de lui envoyer un dépanneur. Il raconte :
J’avais Julien, complètement angoissé, au bout du fil. Il me demande :
– Vous êtes vivant ? Que vais-je faire pour vous dépanner ?
Après avoir réfléchi quelques instants, je lui demande : Qui continue le courrier ?
– C’est Pinot.
– Très bien, je n’ai pas étudié le terrain, mais si de nuit, je me suis posé du premier coup, je ne vois pas de raison valable pour qu’il ne puisse pas s’en sortir de jour. Mettre 4h30 d’essence.
Qu’il vienne au petit matin et il pourra continuer sur Agadir. Jusque là, l’idée était bonne et paraissait réalisable. Mais, tu vas voir la suite.
Au petit matin l’avion apparaît et se présente dans le même sens que moi la nuit précédente. Pour moi, il était un peu haut et voilà mon Pinot qui remet la gomme. Deuxième présentation comme la première et naturellement remise de gomme. Quel crétin pensais-je, il n’a jamais appris à se poser court. Je ne sais pas si c’est à la troisième ou à la quatrième tentative qu’il atterrit presque en catastrophe et continue de rouler pour s’arrêter entre la maison et un tas de fumier. Je m’apprêtais à l’engueuler mais c’est lui qui l’a fait et comme il avait raison :
« Tu n’aurais quand même pas voulu que je passe en dessous de la ligne de force »…
J’ai préféré ne pas répondre, le crétin, c’était moi. Ce que j’avais fait de nuit, j’aurais peut-être hésité à le faire de jour !
Voilà une belle leçon d’humilité sur la Ligne. Léon Antoine deviendra un des grands pilotes de « l’ Air France », millionnaire en kilomètres.
Quant à Albert Pinot, il décèdera tragiquement le 12 octobre 1932 à Port Etienne, victime de son devoir, comme le veut l’expression consacrée.
Oui, Pinot n’avait pas de chance …